4 rue de la République 31790 St-Jory

Docteur Cathy ASSOUN-GERBER

Chirurgien-dentiste près de Toulouse

4 rue de la République 31790 St-Jory
4 rue de la République 31790 St-Jory

Le tabac, les dents et les gencives

Le tabac détermine, en partie, l'état de vos gencives. Les effets néfastes du tabac sur la santé des gencives apparaissent à partir de 10 cigarettes par jour.

A partir de 10 cigarettes par jour, des effets néfastes apparaissent sur la santé des gencives.

 

On remarque que les enfants de parents fumeurs développent davantage de caries que les autres !

 

Cette dégradation de la santé des gencives vient du fait que la nicotine diminue la concentration de vitamine C protectrice et favorise la multiplication de bactéries cariogènes. La nicotine aurait également un impact négatif sur la formation des dents. 
Pour le moment, ces phénomènes n'ont été observés que sur les dents de lait (Etude américaine).

 

Le tabac et les maladies parodontales

Les effets néfastes des goudrons, de la nicotine et des autres produits toxiques contenus dans les fumées tabagiques sont nombreux :

Les fumées tabagiques contiennent du goudron, de la nicotine et d’autres produits toxiques :

- colorations brunâtres,
- augmentation des dépôts de tartre,
- sélection de bactéries agressives pour les gencives.

Diverses études de population nous indiquent que les fumeurs ont tendance nette à développer des maladies parodontales.

Cela s'explique par le fait que la gencive reçoit moins de sang et d'oxygène, alors qu’en parallèle les mécanismes de défense diminuent et les bactéries deviennent plus agressives et donc détruisent de manière plus accrue les tissus qui soutiennent la dent.

Le fait que la gencive ne saigne pas, bien qu'elle soit affectée, est un signe supplémentaire du méfait du tabac : l'apport moindre de sang et d'oxygène tend à ce que la gencive saigne moins.

La consommation de tabac peut vous rendre tellement plus vulnérable à la maladie parodontale que le résultat à long terme d'un traitement parodontal sera bien pire que si vous ne fumiez pas.

Le tabagisme est un facteur indépendant et direct qui accélère la perte osseuse autour des dents et selon 4 mécanismes:

 

1) La nicotine induit une vasoconstriction de la microcirculation gingivale. En conséquence, cela réduit l'apport en oxygène, en cellules et en substances chimiotactiques en relation avec la réponse inflammatoire gingivale.

 

2) La fumée du tabac, à travers les composants de la phase de particules (nicotine) et de la phase gazeuse (acroléine, acide cyanhydrique et crotoaldéhyde), provoque une diminution des défenses immunitaires comme l'immunité cellulaire et humorale, notamment l'activité chimiotactique et phagocytaire des PMN (globules blancs).

 

3) La fumée du tabac affaiblit le potentiel d'oxydo-réduction de l'écosystème buccal en favorisant la prolifération des bactéries de la plaque bactérienne.

 

4) La nicotine est à l'origine de troubles du métabolisme de la synthèse du collagène, de la sécrétion protéique et de la reproduction des fibroblastes.

 

La consommation de tabac augmente le risque de récidive de la maladie parodontale.

 

Tabac et implants

D’après une étude belge il y a des échecs implantaires chez 31% de fumeurs. Les auteurs arrivent à la conclusion que fumer est un facteur significatif important, mais pas le seul, dans l'échec des implants avant leur mise en charge fonctionnelle.

Les résultats montrent un taux d'échec implantaires plus important (11,28 %) chez les fumeurs que chez les non-fumeurs (4,76%).

 

Le tabagisme n'est pas une contre-indication formelle à la pose d'implants mais il augmente le taux d'échec de 20%.

Tabac et test génétique parodontal

Chez certaines personnes, le tabac peut masquer l'effet d'autres facteurs de risques tels que le facteur génétique mis en évidence par un test génétique. Les fumeurs ayant une prédisposition génétique courent un plus grand risque de perdre leurs dents. Donc un patient fumeur avec un test génétique positif a donc tout intérêt à arrêter l'usage du tabac. 

 

En conclusion :

Le fumeur est considéré comme patient à risque pour tout acte chirurgical de la bouche.

Le sevrage tabagique constitue une des conditions indispensable  au succès des traitements, à moyen et à long terme des traitements parodontaux et implantaires ainsi qu'au maintien des dents atteintes de parodontites.

 

Fumer ou sourire, à vous de choisir !

Dernière mise à jour le: 06/11/2020

Bienvenue sur le site du cabinet du Docteur Cathy Assoun-Gerber ! Nous vous souhaitons une bonne navigation, en espérant répondre à toutes vos attentes. Votre satisfaction est notre priorité.